> Démographie au 19e siècle

Weislingen au 19e siècle : la démographie

                L’étude sur les métiers à Weislingen dans la société rurale du 19è siècle fait apparaître la forte représentation des métiers de la terre et de la construction. Elle se base sur le dépouillement des registres de l’état civil (naissances, mariages et décès) à partir de trois échantillons de 20 ans chacun, répartis sur le siècle. Cette étude met également en lumière certaines données sur l’évolution de la démographie villageoise.
                L’exploitation du registre des décès a notamment fait apparaître, et ce n’est pas une surprise, une très forte mortalité infantile, voire juvénile : dans la période de 1793 à 1812, 59,4% des décédés ont moins que 10 ans, et s’ils ne sont « plus que » 39,1% dans la période 1873-1892, les progrès de l’hygiène et de la médecine au courant du 20è siècle seront quand même les bienvenus pour améliorer les conditions de vie, voire de survie. A l’autre bout de l’échelle des âges, on constatera fort heureusement une plus grande longévité dans les mêmes périodes : vers la fin du siècle l’on recense quand même 62 habitants décédés à plus de 70 ans (17,2% des décès), alors qu’ils n’étaient que 24 au début du siècle (7,2% des décès).
                Il nous a semblé intéressant de poursuivre ce travail statistique, mais par le biais des recensements de la population et dans la seule visée démographique. Cette opération qui se déroule tous les 5 ans entre 1836 à 1866 nous fournit quelques informations intéressantes sur la structure démographique et son évolution au courant de ce 19è siècle. Les recensements de 1880 et 1885 (période allemande) n’ont pas pu être exploités : au lieu de listes nominatives avec tableaux de récapitulation, ces recensements se présentent sous la seule forme d’une fiche par ménage. A part les noms, les prénoms des recensés et leur statut dans le ménage, aucune autre information n’y figure, sauf des informations de religion voire parfois de profession rajoutées à l’encre rouge, sans doute ultérieurement par la mairie. De l’étude du tableau des recensements au 19e siècle l’on peut tirer quelques enseignements.
                Après une période de fort accroissement de la population, qui passe de 498 habitants en 1800 à 856 en 1836 (soit une augmentation de plus de 70% en 36 ans !), une chute se constate par la suite (-162 entre 1836 et 1856), suivie d’une légère remontée jusqu’en 1866 (734 habitants). Mais les guerres qui suivront provoqueront de nouvelles saignées.
                Entre 1851 et 1861 l’on constate un mouvement inhabituel de la population masculine (-27 puis +19), alors que le nombre de femmes ne bouge pas dans les mêmes proportions. L’explication pourrait être la Guerre de Crimée (1853-1856) qui a vu la France de Napoléon III s’engager dès 1854 aux côtés de l’Angleterre dans cette lointaine expédition d’Orient contre la Russie. Les noms de Malakoff (« J’y suis, j’y reste »), de Sébastopol et de l’Alma (le Zouave du Pont…) parleront sans doute aux férus d’histoire. Toujours est-il que la France engagea dans cette guerre un grand nombre de ses jeunes conscrits, dont certains y laissèrent leur vie, lors des combats ou minés par les maladies dont le choléra, y compris des jeunes de Weislingen. Biebler Nicolas y périt le 17 août 1855, ainsi que Muller Nicolas le 2 mars 1856.
                Autres constatations : sur l’ensemble de la période de ces recensements, la part des veuves est nettement plus importante que celle des veufs. Une explication possible : il était sans doute plus facile pour un veuf de se remarier, que pour une veuve. Une autre information intéressante ne figure pas dans le tableau. Le recensement de 1846 relève la religion des habitants : l’on apprend ainsi que le village compte 583 protestants, 3 réformés, 176 catholiques et 4 juifs. Vu le nombre total de la population, il n’y avait ni agnostiques ni athées déclarés.
                Il serait enfin intéressant de documenter l’impact dans le village de l’émigration alsacienne vers l’Algérie après 1830, mais surtout vers l’Amérique à partir de 1828, émigration qui a connu des vagues successives à partir de cette date. La baisse de population de Weislingen entre 1836 et 1856 pourrait trouver là une explication.
                Si les recensements ci-dessus sont tous intéressants de par les données chiffrées, celui de 1851 est particulièrement riche en renseignements, dans la mesure où il nous fournit une description plus détaillée de la structure démographique et sociale du village : habitat, structure de la population, professions, religion, nationalité, morbidité. Et en extrayant les informations fournies dans le détail des feuillets du recensement ou dans ses tableaux récapitulatifs, on peut les regrouper sous la forme d’un tableau synthétique du recensement de 1851, que le lecteur pourra enrichir de ses propres commentaires.