> Le cochon

LE COCHON

« Tout est bon dans le cochon…« , dit l’adage populaire.

Cette expression a toujours cours, alors que la tradition de l’abattage du cochon chez les particuliers a quasiment disparu dans nos campagnes, chassée par les réglementations d’hygiène et l’évolution des pratiques d’élevage dans le monde rural. Et la généralisation des congélateurs n’y est sans doute pas pour rien.

La pratique est toujours autorisée, à condition que le cochon ait été élevé dans la ferme et soit destiné à la consommation familiale. Elle est d’ailleurs inscrite depuis 2012 à l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel en France.

Autrefois (et il n’y a pas si longtemps encore) chaque paysan élevait un ou plusieurs cochons. Tuer le cochon et le transformer en charcuteries afin d’en assurer la conservation était une pratique essentielle pour permettre la consommation de viande durant toute une année.

Selon les régions, le tue-cochon, comme on l’appelait parfois, était l’occasion de fêtes villageoises, qui pouvaient se prolonger sur plusieurs jours. Et de nos jours, certaines associations invitent encore leurs membres à des cochonnailles… au restaurant. Une autre façon de célébrer le cochon.

Et chez nous, ça se passait comment?
Ci-dessous quelques photos d’un abattage à Weislingen au début des années 2000…

… ainsi qu’un témoignage bien documenté de Freddy Sarg, le pasteur-ethnologue alsacien :
… comment on élève et on tue le cochon en Alsace Bossue