>> L’orgue

L’ORGUE SPAMANN

Si la construction de l’église remonte à 1842, l’orgue n’a été installé que 50 ans plus tard. Il est l’œuvre du facteur d’orgues Spamann. Sur la console, une inscription indique « A. SPAMANN Orgelbauer BOLCHEN ( LOTHRINGEN ) ».

 

Description de l’orgue (composition en 1986)

Grand orgue
56 notes
Récit
54 notes
Pédales
27 notes
Bourdon 16'
Geigenprincipal 8'
Soubasse 16'
Montre 8'
Salicional 8'
I/P
Flûte 8'
Bourdon 8'
II/P
Gambe 8'
Flûte octaviante 4'
Prestant 4'
II/I

Pour la signification des jeux ou registres de ce tableau, on se reportera utilement au site Wikipedia
Autre site intéressant, celui de Michèle Gabriel.

 

L’orgue de l’église protestante de Weislingen a été installé en 1893 par Adrian Spamann, facteur d’orgues de Boulay en Lorraine. S’il n’est pas aussi célèbre que certains de ses concurrents, il n’en posa pas moins plusieurs instruments en Alsace et en proche Moselle.
La tuyauterie de l’orgue était plutôt de qualité : la flûte 8′ est ouverte, la gambe est en étain (sauf l’octave grave) et la flûte octaviante est harmonique à partir du troisième Do.
La façade est en étain (Montre et Prestant), mais n’est pas d’origine. Ce sont les seuls tuyaux qui ne sont pas authentiques.
Le buffet est en chêne, du même type que celui de Hirschland. La console est située sur la gauche du buffet, et accolée à celui-ci.
Mécanique : à équerres, sommiers à cônes.
Il y a deux combinaisons fixes : Piano (« Schwache Stimmen ») et Tutti (« Ganze Orgel »), mêmes dénominations qu’à Niedersoultzbach.

Adrian SPAMANN (Lindau/Allemagne 2 janvier 1843 – Boulay, 19 avril 1919)
Les travaux de Spamann sont datés d’entre 1888 et 1909, et il fut de ce fait très concurrencé par les DALSTEIN-HAERPFER, eux aussi de Boulay, qui étaient quand même plus « en vue ».

Formé par la Maison Dalstein-Haerpfer, où il entra le 3 mars 1864 (presque à sa création), Spamann se mit à son compte en 1886. Son premier orgue neuf fut celui de Fénétrange (Moselle, 1888). Il construisit des sommiers mécaniques à pistons (Mechanische Kegellade) jusqu’en 1895, et passa ensuite au pneumatique. Vers 1900, Spamann avait environ 12 salariés.
En Alsace, Spamann construisit essentiellement dans le Nord : subsistent les orgues de Hirschland (1887), de Weislingen (1893), de Niedersoultzbach (1895), Zollingen (1899) et Hohwiller (1900). Son orgue de Zutzendorf de 8 jeux, qui avait été reçu le 22 juin 1896, a été remplacé en 1969.
Il releva l’orgue Théodore Stiehr de Petersbach en 1897, et travailla aussi sur les orgues Stiehr-Mockers de l’église protestante de Mittelbergheim (en 1905) et d’Obersoultzbach (en 1909).
Le dernier orgue neuf de Spamann fut celui de Hellering en Moselle (église protestante, 1910).

Sources
* M. BARTH, « Elsass, Das Land der Orgeln im 19. Jahrhundert », AEA XV (1965-66) AEA = Archives de l’Eglise d’Alsace, organe de la Société d’Histoire de l’Eglise d’Alsace. Editions de la Société, Haguenau (certains volumes avec le concours du CNRS)
* Christian LUTZ et François MENISSIER , Inventaire des Orgues de Lorraine, Moselle Sc-Z (pour Spamann).