> Les blasons du Comté

LES ARMOIRIES DU COMTÉ DANS LES BLASONS DES COMMUNES

Ce tableau recense les localités dont les blasons rappellent leur appartenance passée au comté de La Petite Pierre. (*)
Il n’a pas la prétention d’être exhaustif, et nous nous ferions un plaisir de le compléter avec vos contributions.

 CommunesDescription héraldiqueCommentaires
AdamswillerD'argent mantelé d'or au chevron de gueule brochant sur la partition Les armes rappellent le comté de La Petite Pierre dont la commune faisait partie jusqu'en 1801
DurstelTiercé en pal d'or, de gueules et d'argentVariante des armes de la seigneurie de La Petite Pierre dont la commune faisait partie
EschbourgCoupé : au premier parti d'argent et de sable, au deuxième coupé de gueules au chevron d'argent et d'or plainLe village appartenait au XVe siècle à l'évêché de Metz et à la seigneurie de La Petite Pierre : la composition du blason rappelle cette double appartenance
GungwillerD'argent au chevron de gueules rempli d'orVariante des armes de La Petite Pierre
HinsbourgCoupé au premier de gueules au chevron d'argent accompagné de trois croisettes du même, au deuxième d'or plainArmes rappelant la seigneurie de La Petite Pierre, tandis que les croisettes symbolisent le souvenir des Réformés suisses établis au village au XVIIe siècle
La Petite PierreCoupé de gueules à un chevron d'argent et d'or plainLa commune a toujours porté les armes des seigneurs de La Petite Pierre
LohrParti : au premier coupé de gueulers au chevron d'argent et d'or plain, au deuxième d'argent au lion de sable, à la bordure de gueulesArmes qui rappellent les anciens seigneurs de La Petite Pierre et de Lichtenberg : le village fut incorporé en 1544 au comté de La Petite-Pierre et devint chef-lieu du bailliage
PubergCoupé, au premier parti de gueules au chevron d'argent et d'or plain, au deuxième de sable au verre d'argentArmes rappelant l'appartenance de la commune au comté de La Petite Pierre et l'ancienne industrie locale du verre
RexingenParti au premier a) coupé de gueules au chevron d'argent, b) d'or plain, au deuxième de sable à la demi-aigle d'argent becquée d'or et pattée d'or lampassée de gueulesArmes rappelant les seigneuries de La Petite Pierre et de Nassau-Sarrewerden
SchoenbourgParti, au premier coupé de gueules au chevron d'argent et d'or plain, au deuxième aussi d'or d'or à trois sapins de sinople posés sur un tertre du même, mouvant de la pointeArmes symbolisant le comté de La Petite Pierre et le paysage forestier évoqué dans le nom même de la commune depuis 1385
SiewillerCoupé, au premier de sable à l'aigle bicéphale issant d'argent becquée d'or et languée de gueules, au deuxième coupé a) de gueules au chevron d'argent, b) d'or plainArmes rappelant les comtés de Sarrewerden et de La Petite Pierre, dont relevait la commune
TieffenbachParti au premier coupé a) de gueules au chevron d'argent et b) d'or plain, au deuxième d'azur chappé ondé d'argentArmes rappelant le comté de La Petite Pierre et montrant par armes parlantes la situation de la localité dans la vallée de l'Eichel
VolksbergParti, au premier coupé a) de gueules au chevron d'argent et b) d'or plain, au deuxième du même au menhir de gueules ajouré du champ, adextré d'un sapin de sinople, posés tous deux sur une terrasse du mêmeArmes rappelant le comté de La Petite-Pierre, les forêts et le Spitzenstein, menhir situé sur le territoire de la commune
WeislingenParti, au premier coupé a) de gueules au chevron d'argent et b) d'or plain, au deuxième d'argent au rameau de tilleul fruité de sinople Armes symbolisant les seigneurs de La Petite Pierre et remémorant l'étymologie populaire du toponyme par le tilleul (-lingen pour Linden)

(*) Avant 1945, les communes du Bas-Rhin n’ont jamais fait l’objet d’un ouvrage héraldique complet et scientifiquement conçu. Face à cette situation, le préfet de l’époque a mis en place le 7 novembre 1947 une « Commission départementale d’héraldique », chargée d’examiner les armoiries des communes en vue de donner toutes les garanties scientifiques nécessaires à la publication de l’armorial du département.
La méthode de travail adoptée par la commission a consisté à soumettre toutes les armoiries connues à une analyse approfondie, en explorant les dépôts d’archives, les collections des bibliothèques, les églises…, dans le but de trouver les plus anciens blasons, ou à défaut les reproductions comme les cachets, les vitraux, les sceaux héraldiques.
Les résultats des travaux de cette commission ont été consignés dans les six tomes de la publication « Les armoiries des communes du Bas-Rhin », parus de 1947 à 1963, et dont le tableau ci-dessus s’est inspiré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.